On vous invite à un shower de bébé et vous ne savez pas quoi offrir aux futurs parents? Certificat-cadeau, jouets, pyjamas, biberons, bref, en panne d’inspiration? Démarquez-vous en offrant des produits Souris Verte!

Les plantes aux bons soins des tout-petits
Souris Verte mise sur la phytothérapie afin de soigner et chouchouter au naturel les bébés, enfants et mamans. L’utilisation de plantes biologiques permet à Souris Verte d’offrir des produits de haute qualité, doux et sécuritaires pour la peau fragile des bébés. En plus d’être efficaces, les produits Souris Verte sont aussi bons pour la planète. Approuvés par Santé Canada et certifiés par ECOCERT Canada, ils sont biodégradables en moins de 28 jours et se présentent dans des contenants recyclables.

À chaque besoin son produit!
La gamme de produits se divise en trois catégories : les extraits liquides, les soins corporels et les soins personnels. Les extraits liquides sont des concentrés d’herbes aux multiples vertus telles que le soulagement des coliques et des percées dentaires, ainsi que le renforcement du système immunitaire. Parmi les soins corporels, on retrouve des crèmes, beurres, savon, shampooing et huiles à massage qui sauront chouchouter les petits et les plus grands. Chez Souris Verte, on peut aussi acheter des produits de soins personnels comme du savon à lessive et de l’assouplisseur, biodégradables et écologiques. Plus de sept coffrets cadeaux différents sont disponibles, variant entre 33$ et 100$.

Vous êtes conquis? Les produits Souris Verte sont disponibles en ligne, dans les pharmacies, les magasins d’aliments naturels et les magasins d’articles pour enfants. On peut aussi suivre les nouveautés sur Facebook et Twitter.

Dans un contexte de respect de l’environnement, des entrepreneurs ont développé des concepts d’hébergement écoresponsables plutôt inusités…mais fort populaires!

Faire l’expérience Kabania
kabania
Envie d’une petite escapade en lien direct avec la nature? Kabania, jeune compagnie lanaudoise, offre aux gens l’opportunité de faire du «camping de luxe» dans l’une des neuf cabanes sur pilotis à huit pieds de hauteur. Chaque cabane est munie de lits (1 double et deux simples), d’une table et d’un hamac, ainsi que d’un poêle à bois, afin de permettre aux gens de vivre une expérience unique, en union avec la nature. Sur le site, on retrouve aussi un espace commun regroupant un bloc sanitaire, une cuisine toute équipée et un salon terrasse. Plusieurs activités sont possibles sur le site et aux alentours, hiver comme été.

Dans un esprit écoresponsable, les cabanes sont éclairées par énergie solaire et le chauffage est assuré par des poêles à bois répondant aux normes (EPA) qui réduisent de 60% à 90% les émissions de particules et de fumée tout en consommant 33% moins de combustible pour la même production de chaleur. Dans le bloc sanitaire, on retrouve aussi des boutons pressoirs pour le fonctionnement des douches et des lavabos.

Kabania entreprendra sous peu la deuxième phase de son développement, soit la construction de sept nouvelles cabanes qui, elles, seront  perchées dans les arbres.

Vivre perché, c’est possible!
Envie de posséder votre propre cabane dans les arbres? Vivre Perché inc. est une entreprise des Laurentides qui se spécialise dans la construction de cabanes de luxe dans les arbres. La fabrication s’effectue selon les besoins du client, que ce soit pour un usage privé ou commercial, dans un camping, une pourvoirie ou sur un terrain. On nous propose des habitations 4 saisons sur mesure, ainsi que d’autres produits tels que des ponts, sentiers suspendus et plateformes d’observation. Se basant sur l’interaction avec la nature et la compréhension des ressources durables, cette entreprise désire amener les gens à se libérer du stress de la vue quotidienne et à se tourner vers la simplicité volontaire. Il a été possible de visiter une cabane lors du dernier Salon Habitat Ville & Banlieue en février dernier.

Les scientifiques sont clairs: l’air intérieur serait de 5 à 10 fois plus pollué que l’air extérieur. Il est d’autant plus inquiétant que nous passons en général 80% de notre temps dans des espaces clos. Mais d’où provient cette pollution? Notamment des peintures, matériaux de construction, fumée de cigarette, colles et chauffage au bois qui émettent des composés  organiques volatils (COV) tels que le monoxyde de carbone, toluène, formaldéhyde, ammoniac et benzène. La dépollution par les plantes est un sujet qui a fait l’objet de nombreuses recherches sérieuses comme celles du Dr. William Wolverton, spécialiste américain des sciences de l’environnement à la NASA.

Bien plus que décoratives, les plantes dépolluantes constituent de véritables petites «usines dépolluantes» grâce au processus de photosynthèse. En effet, les feuilles de la plante absorbent les polluants de l’air qui seront transformés en produits organiques au niveau des racines, nourrissant ainsi la plante. Par la suite, un mécanisme de digestion s’enclenche, amenant la plante à dégager de la vapeur d’eau,  ce qui contribue à l’amélioration du taux d’oxygène et d’humidité dans la maison.

Ce qu’il faut savoir au sujet des plantes dépolluantes:

  • Il existe une liste d’environ 50 plantes qualifiées de plantes dépolluantes;
  • Chaque plante dépolluante a son action distincte sur les COV, par conséquent, on doit combiner différentes plantes pour obtenir un effet maximal;
  • Plus la plante est grosse et plus la surface des feuilles est grande, plus grande sera la quantité d’air filtré;
  • On conseille de placer une plante dépolluante tous les 10 mètres carrés au sein d’un intérieur clos;
  • On peut installer des plantes dépolluantes dans la chambre à coucher sans crainte puisque la quantité de monoxyde de carbone rejetée pendant la nuit est minime comparativement à la quantité d’oxygène produite le jourPour en savoir plus au sujet des plantes dépolluantes.

Pour en savoir plus au sujet des plantes dépolluantes:

Nos ancêtres ont toujours récupéré l’eau de pluie, mais au fil du temps, cette sage habitude s’est perdue. Il est grand temps de revenir à nos racines et faire place à une saine gestion des eaux.

Le système de récupération de la pluie Éconeau s’inscrit également dans le cadre de la stratégie du Gouvernement du Québec visant à réduire la consommation d’eau potable de 20% d’ici 2017 et à diminuer les coûts d’exploitation des usines de filtration des eaux. Ce système relié à la toiture d’une maison permet de récupérer environ 80 000 litres d’eau de pluie par année.

L’eau captée à partir des gouttières est d’abord filtrée, ce qui empêche les débris de s’introduire dans le système. Elle est stockée dans des réservoirs hors terres ou souterrains pour ensuite être pompée pour  divers usages ne requérant pas d’eau potable. On peut donc utiliser l’eau de pluie pour laver la voiture, arroser le jardin, irriguer le terrain, remplir la piscine, et même pour usage dans la toilette et la laveuse.

Pour plus d’information sur Éconeau et leurs systèmes de récupération d’eau de pluie, visitez le www.econeau.com

Vous désirez faire l’acquisition d’une maison neuve ou bâtir la maison de vos rêves. Ayant une conscience écologique développée, vous désirez faire un choix rentable et écoénergétique. La maison certifiée R-2000 est peut-être pour vous!

R-2000, une marque officielle de Ressources naturelles Canada
La norme R-2000 est une initiative gérée par l’Office de l’efficacité énergétique de Ressources naturelles Canada. Elle a été lancée il y a 25 ans, suite à plusieurs années de recherches en la matière. En fait, cette norme mise sur l’utilisation de méthodes et de technologies de construction favorisant l’efficacité énergétique et la préservation de l’environnement. Au Québec, nous sommes plutôt familiers avec la certification Novoclimat, dont les exigences sont un peu moins élevées que la norme R-2000. Par contre, Novoclimat a maintenant intégré la norme R-2000 dans son programme sous l’appellation Novoclimat option R-2000.

La norme R-2000 offre plusieurs avantages
Ce qu’il faut savoir, c’est que la norme R-2000 est une norme volontaire qui dépasse les exigences en matière de rendement énergétique des codes de bâtiment au pays. Ainsi, en choisissant une maison R-2000, on s’assure d’un niveau de qualité très élevé. Isolation adéquate, fenêtres et portes de qualité, ventilation mécanique dans toutes les pièces, systèmes de climatisation et de chauffage à la fine pointe, utilisation de matériaux avec moins d’émanations chimiques dans l’air; bref, la norme R-2000 comporte son lot d’avantages. Tout d’abord, elle permet un maximum de confort : températures plus stables, peu de problèmes d’humidité, meilleure insonorisation. Elle est aussi un choix judicieux en matière de santé puisque l’on sait qu’une meilleure qualité de l’air, avec moins de moisissures et de poussières, aide à prévenir l’asthme et autres troubles respiratoires. Mais surtout, la maison R-2000 est un investissement économique et environnemental puisqu’elle consomme 30% moins au plan énergétique. Même si elle coûte de 2 à 5% plus cher à bâtir que la maison traditionnelle, la maison R-2000 permet des économies à long terme et possède une meilleure valeur de revente.

Une certification bien supervisée
Ne bâtit pas des maisons R-2000 qui veut. Uniquement des constructeurs qualifiés et agréés peuvent se lancer dans un tel projet. Tout d’abord, les plans de la maison doivent être soumis à une évaluation. Par la suite, la maison sera vérifiée et inspectée par des professionnels indépendants qui procéderont notamment au test d’étanchéité à l’air, ou test d’infiltrométrie, qui consiste à détecter le minimum de fissures et de fuites d’air dans les fondations, murs extérieurs et la toiture. Si la construction répond aux exigences, une certification R-2000 sera émise. Pour en savoir plus sur la norme R-2000, consultez le site Internet de Ressources naturelles Canada.

Provoqués par plusieurs facteurs, les épisodes de smog hivernal sont fréquents. Contrairement à la croyance populaire qui veut qu’ils soient une problématique urbaine, ces derniers peuvent également se manifester en campagne. L’hiver, ce brouillard jaunâtre est causé par une forte concentration de particules fines. Ces polluants sont retenus au niveau du sol lorsqu’il n’y a pas de vent et que les températures sont variables.

Un brouillard inquiétant
Tout comme son homologue estival, le smog peut causer l’irritation des yeux et des voies respiratoires, la toux, l’aggravation des symptômes chez les personnes atteintes de maladies cardiorespiratoires comme l’asthme, la bronchite ou l’emphysème. La grande différence entre les deux types de brouillards réside dans sa composition. Le smog estival est un mélange de polluants dominé par l’ozone, alors que le smog hivernal est surtout composé de minuscules poussières d’un diamètre inférieur à 10 µm (micromètre). La faible concentration d’ozone présente dans le smog d’hiver est due aux conditions météorologiques. Les froides températures et le faible rayonnement ultraviolet du soleil ne favorisent pas la formation d’ozone en basse atmosphère.

Pas si romantique le feu de foyer
Les facteurs responsables sont le chauffage au bois résidentiel, l’activité industrielle et le transport routier. Au Québec le chauffage au bois est la cause de près de la moitié des émissions de particules fines. Une bonne raison pour limiter cette méthode qui, si elle peut paraître traditionnelle et réconfortante, représente une véritable problématique pour l’environnement. De plus, selon Environnement Canada, le chauffage au bois d’une maison moyenne requiert annuellement plus de 15 arbres matures.

IQA : un indice intelligent
Pour connaître l’indice de la qualité de l’air (IQA), un outil créé par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs permettant d’évaluer la présence de polluants atmosphériques dans les régions du Québec, consultez le www.mdep.gouv.qc.ca/air/iqa. Mis à jour à jour toutes les heures, ce site Internet vous permettra d’avoir accès à une information vulgarisée. L’état de la qualité de l’air y est « bon », « acceptable » ou « mauvais ».  La Ville de Montréal possède quant à elle son propre réseau. Vous pouvez accéder à l’information en consultant le site Internet www.ville.montreal.qc.ca.

 

 

Une tendance marketing
À Noël, vous avez reçu la révolution des machines à café, la très tendance machine à café à dosettes, vous permettant de réaliser le parfait cappuccino, en format individuel. Ces machines, bien que très populaires sur le marché, sont très contestées en raison de leur empreinte écologique beaucoup plus importante que les autres modes de préparation. En effet, on estime que le fonctionnement à dosettes produit dix fois plus de déchets que l’utilisation de café traditionnel, en grains ou moulu. Certaines compagnies diront que les dosettes sont recyclables, mais en pratique, elles sont rarement recyclées. En plus de créer une charge énorme de déchets, les machines à café à dosettes vous coûteront de 20 à 60% plus cher. Donc, si vous optez tout de même pour ces gadgets, sachez qu’il existe des dosettes biodégradables et des dosettes vides rechargeables, que vous pourrez remplir à votre guise.

Équitable ou pas?
Boire du café équitable, c’est in. Mais attention, pour être équitable, le café doit répondre à certains critères, tels qu’un prix juste en fonction des coûts de production, le respect des droits des travailleurs et de l’environnement, ainsi que l’encouragement du développement local communautaire. Pour s’assurer que le produit est véritablement équitable, on recherche sur l’étiquette la présence d’un des trois logos suivants : TransFair, International Fair Trade Association (IFAT) et Fair Trade Federation.

Pause-café
Pour être écolo au bureau, on apporte sa tasse durable. Ainsi, on évitera de jeter régulièrement à la poubelle des verres de styromousse ou de carton qui prendront des années à se décomposer. De plus, en apportant sa tasse durable, on peut faire des économies. Divers cégeps et universités offrent des rabais, ainsi que certains commerces, comme, par exemple, Tim Hortons qui propose 10 sous de rabais lorsque vous vous présentez avec votre tasse de voyage.

  1. Petite quantité de feuilles mortes? On broie le tout avec la tondeuse et on utilise les résidus pour enrichir le sol et constituer un paillis pour les plates-bandes.
  2. Pros du compostage? Bien sûr, on peut utiliser les feuilles mortes pour fabriquer le compost à la maison. Mais si vous vous sentez moins à l’aise avec le procédé, sachez que les municipalités organisent des collectes sélectives de feuilles mortes chaque année dans le but de faire du compostage. Renseignez-vous auprès de votre municipalité pour en savoir plus.
  3. Quoi de mieux que d’acheter des fruits et légumes frais, directement des producteurs? L’automne, il ne faut jamais rater l’occasion de faire les emplettes dans un petit kiosque bordant la route. On y trouve des produits frais, locaux, mais aussi des gens fort sympathiques. On peut aussi faire la tournée des marchés publics : http://www.ampq.ca.
  4. Belle journée ensoleillée? Petits et grands adorent croquer de belles pommes dans les vergers du Québec : http://www.lapommeduquebec.ca. Et pourquoi ne pas en apprendre plus sur le fameux petit fruit rouge aux multiples vertus : la canneberge! Rendez-vous au Centre d’interprétation de la canneberge, dans la région du Centre-du-Québec : http://www.canneberge.qc.ca.
  5. L’automne, on troque la voiture pour la marche. De nombreux sentiers pédestres vous permettront de profiter des paysages splendides. Du 24 septembre au 10 octobre, ne manquez pas La Flambée des couleurs Magog-Orford qui offre une programmation haute en couleurs pour toute la famille : http://www.tourisme-memphremagog.com.
  6. Amateurs de vin, l’automne est la saison idéale pour découvrir les vignobles, mais aussi les bonnes tables, les produits du terroir, ainsi que l’art et la culture. À quarante minutes au sud de Montréal, la Route des vins vous promet une multitude d’activités intéressantes, dont quatre circuits vélo. Il est aussi possible de participer aux vendanges : http://www.laroutedesvins.ca/fr.
  7. Intérêt pour le cyclotourisme? Découvrez la Route Verte,  qui est le plus grand itinéraire cyclable d’Amérique touchant toutes les régions du Québec. Parmi les circuits, on trouve notamment la Véloroute des Bleuets, au Saguenay, ainsi que le parc linéaire Le P’tit train du Nord, dans les Laurentides : http://www.bonjourquebec.com/qc-fr/velo.html.
  8. Comme on le sait, à l’automne, les journées deviennent plus courtes et fraîches. Pourquoi ne pas en profiter pour étudier sa consommation d’énergie et ainsi économiser quelques sous? Hydro-Québec nous propose quelques trucs et conseils comme l’utilisation d’ampoules fluocompactes et l’installation de thermostats électroniques, en bénéficiant de remises postales : http://www.hydroquebec.com/residentiel/efficacite.html.
  9. Pour la rentrée, on mise davantage sur l’utilisation des transports en commun, de la marche, du vélo ou du covoiturage pour se rendre à l’école ou au travail. Ainsi, on sauve des sous et surtout, on diminue les émissions de gaz à effet de serre. Pour «un lift» ou tout simplement partager sa voiture, rendez-vous sur Amigo Express ou Allo Stop.
  10. Bref, la saison automnale, c’est l’occasion de passer du temps en famille, sortir la mijoteuse, s’abonner à sa bibliothèque municipale, faire la tournée des friperies pour des vêtements chauds, bricoler les décorations d’Halloween, et plus… Suffit d’un peu de créativité!

Le 24 et 25 septembre 2011, dans la ville de Brome, se tiendra la sixième édition du Projet Écosphère, le plus important festival de l’environnement et de l’habitation saine au Québec. Le but de cet événement est de sensibiliser les gens à l’environnement et au développement durable, tout en leur faisant découvrir les différentes alternatives vertes. Le Projet Écosphère est une initiative du Groupe Écosphère, un organisme à but non lucratif.

Pendant ces deux jours, les gens auront l’occasion de participer à une foule de festivités, conférences, ateliers et spectacles. Cette année, le conférencier d’ouverture sera M. Errol Duchaine, animateur de l’émission La semaine verte, diffusée à Radio-Canada. De plus, plus de 200 exposants seront sur place afin de familiariser le public sur l’agriculture écologique, les nouvelles technologies vertes, l’architecture et l’habitation saine, les jouets écologiques, et bien d’autres.

Avec plus de 8500 participants l’année passée, le Projet Écosphère espère rassembler encore plus de gens cette année. Un service de covoiturage est disponible, ainsi qu’un service de garde sur place et des activités pour les enfants. Pour connaître la programmation et les tarifs, consultez le site Internet.

On le sait, la rentrée scolaire coûte cher aux familles. Pourtant, il existe quelques trucs faciles pour économiser, tout en incitant les enfants à consommer de façon responsable. Parce que la rentrée, c’est aussi une question d’éducation!

Réutiliser le matériel scolaire
Chaque année, du matériel scolaire est jeté à la poubelle, bien qu’il soit encore utilisable. Équiterre propose des activités comme des échanges entre parents afin de faire du troc. Aussi, pour amuser les enfants, pourquoi ne pas faire preuve de créativité en réalisant des collages sur de vieux cartables et cahiers, question de leur donner un petit air de jeunesse, tout en les personnalisant?

Le papier
Pour la rentrée, l’achat de feuilles et de cahiers en papier recyclé et non chloré est un bon geste pour l’environnement. On peut encourager les enfants à utiliser les deux côtés des feuilles. On peut aussi fabriquer des bloc-notes avec les feuilles dont un seul côté est utilisé.

Quelques idées de fournitures écologiques

  1. Le papier à copies éco-responsable certifié FSC de marque Staples
  2. Les cartables en carton gris 100% recyclés de marque Avery
  3. Les cahiers d’écriture  de marque Hilroy qui contiennent 30 % de matières recyclées
  4. Les ciseaux Westcott KleenEarth  dont les poignées contiennent 70 % de plastique recyclé et qui sont traitées au Microban qui assure une protection antibactérienne
  5. Les stylos BeGreen de Pilot qui sont faits à 100% de plastique recyclé

Acheter des manuels usagés
Afin de sauver des sous, ainsi que des arbres, quelques sites Internet se spécialisent dans la vente de livres scolaires usagés. La vente s’effectue de façon simple et sécuritaire, sans intermédiaire. Allez faire un tour sur Cliclivres et Le sac d’école.

L’heure du lunch
Pour être éco-responsable, on privilégie la boîte à lunch en matières recyclées, ainsi que la vaisselle et les contenants réutilisables. L’achat en vrac et les repas faits maison sont aussi de bons moyens d’économiser. Les aliments emballés individuellement ou sur-emballés, ainsi que les canettes, sont à proscrire.

Les appareils électroniques
Les appareils électroniques tels que les ordinateurs et les imprimantes génèrent des tonnes de déchets chaque année. Ainsi, il est plus écologique d’utiliser son ordinateur s’il fonctionne bien plutôt que d’en acquérir un dernier cri. On peut aussi dénicher des ordinateurs remis à neuf pour une fraction du prix. Si on doit absolument se départir de notre ordinateur, on peut le faire en faisant appel à un complexe de recyclage local. De plus, l’utilisation de cartouches d’encre recyclées est une habitude verte à prendre.