Billets marqués avec ce mot clé:

Copenhague

gaz-effet-serreLa conférence sur les changements climatiques qui aura lieu du 7 au 18 décembre 2009, doit déterminer les suites à donner au protocole de Kyoto.

Vingt et un jours avant le début du sommet, le pessimisme est au rendez-vous quant à la signature d’un accord d’envergure visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Un fossé s’est creusé entre pays développés et pays en développement, et certains pensent même que c’est la fin pour Copenhague avant même le début du sommet.

La pression sur la Chine et les États-Unis
Les présidents français et brésilien, se sont entendus sur un texte commun en ajoutant qu’ils n’accepteront pas un accord au rabais à Copenhague. Leur objectif est de rallier le plus de pays possible à leur ligne de pensée, et ils veulent maintenant entraîner l’Afrique.

Il sera plus facile de se faire entendre face à la Chine et aux États-Unis. Nicolas Sarkozy à déclaré «Nous n’accepterons pas de prendre des engagements et que d’autres disent : on verra demain ».

Les pourparlers pourraient se poursuivre après le sommet si une entente n’est pas conclue selon Janos Pasztor, conseiller spécial de l’ONU. On parle déjà d’un autre sommet qui pourrait avoir lieu à Mexico.

Les « fossiles du jour » sont décernés par l’organisation Réseau Action Climat. Ces trophées sont remis aux pays qui ralentissent les négociations primordiales sur le climat qui se déroulent présentement à Barcelone.

Le ministre de l’Environnement du Canada, Jim Prentice, a fait des déclarations qui ont mérité ces prix peu enviables, et qui entachent la crédibilité du Canada sur la scène internationale. Le Ministre a qualifié « d’irresponsable » une cible de réduction les émissions de gaz à effet de serre de 25% d’ici 2020. Les scientifiques sont pourtant tous d’accord sur le fait que cet objectif doit être atteint et que ce n’est plus une option.

Fait à noter, les États-Unis et l’Arabie Saoudite sont arrivés aujourd’hui au même rang, en 2e place derrière le Canada.